OPTOGENETIQUE

Une innovation technologique permettant de retrouver une vision partielle  

Depuis une vingtaine d’années, l’optogénétique bouleverse les neurosciences. Elle permet de rendre les neurones sensibles à la lumière. Une équipe de recherche internationale* vient d’utiliser cette approche innovante pour restaurer partiellement la vision chez un patient de 58 ans  atteint de rétinopathie pigmentaire à un stade très avancé. Cette innovation lui a permis de distinguer des objets au moyen de lunettes associées à cet essai clinique.

l

A savoir

A savoir : Les rétinopathies pigmentaires désignent un ensemble de maladies génétiques de l’œil qui conduisent à une dégénérescence des photorécepteurs de la rétine, entrainant à terme la cécité. Elles affectent plus de 2 millions de personnes dans le monde. Les premiers symptômes de ces maladies sont habituellement une perte de la vision la nuit et de la vision périphérique. Actuellement, on connaît plus de 71 gènes différents, qui peuvent conduire à des rétinopathies pigmentaires lorsqu’ils sont mutés.

Vue RP

Vue d’une personne atteinte par une rétinopathie pigmentaire

Principe de la thérapie : modifier génétiquement des cellules afin qu’elles deviennent sensibles à la lumière

L’optogénétique est un procédé de contrôle de l’activité des neurones. L’innovation technologique réside à introduire un gène codant pour une channelrhodopsine appelée ChrimsonR (protéine d’algue) par un vecteur viral dans les cellules ganglionnaires de la rétine. C’est un moyen de contourner les photorécepteurs endommagés et d’utiliser ces cellules qui restent présentes   dans la rétine. Ainsi, ces cellules ganglionnaires vont produire des protéines sensibles à la lumière. Ces protéines détectent dans ce cas ici, la lumière ambrée. Des lunettes associées à cette technique et équipées d’une caméra, permettent de produire des images visuelles projetées en images de couleur ambre sur la rétine.

Le patient retrouve une vision partielle :

Le patient avec ses nouvelles lunettes, a acquis la capacité de percevoir, localiser, compter et toucher des objets uniquement sur son œil traité qui était stimulé avec les lunettes. Les personnes non voyantes, atteintes de différents types de maladies neurodégénératives des photorécepteurs et d’un nerf optique fonctionnel seront éligibles pour ce traitement comme la rétinopathie pigmentaire, syndrome de Usher, Stargardt et pour la DMLA.

infographie-retrouver-vue-partielle
schema

Innovation technologique : C’est la première fois au niveau international que l’optogénétique est utilisée chez l’homme avec une application clinique démontrée !

Source :  https://www.institut-vision.org/fr/news1/637-.html

* Equipe de Recherche : les professeurs José-Alain Sahel et Botond Roska, et associant l’Institut de la Vision (Sorbonne Université/Inserm/CNRS), l’hôpital d’ophtalmologie des Quinze-Vingts, l’université de Pittsburgh, l’Institut d’ophtalmologie moléculaire et clinique de Bâle ainsi que les sociétés Streetlab et GenSight Biologics, viennent de publier ces résultats dans Nature Medicine le 24 mai 2021. C’est une première mondiale.

Soutenez

nos équipes de recherche

Aller au contenu principal