COMPTE-RENDU COLLOQUE ASSEMBLEE GENERALE - HYERES

 

Compte rendu du Colloque médical

organisé dans le cadre de l’Assemblée Générale

Samedi 22 Juin de 14h à 18h Hôtel Plein Sud à Hyères

Un mot de bienvenue a été donné par notre Président Mr Eric Moser avant de laisser la parole aux différents intervenants.

 

1ère intervention : Dr Muriel Perron, Directrice du Certo, Institut des Neurosciences Paris Saclay et membre du Comité Scientifique de Retina France

Le docteur Muriel Perron a présenté dans son exposé la Thérapie cellulaire pour les dégénérescences rétiniennes comme la DMLA , la rétinite pigmenaire etc.

La thérapie cellulaire consiste à remplacer des cellules une fois qu’elles sont mortes.

Il y a 2 approches basées sur les cellules souches, in vitro et sur la régénération de nos cellules .

Il peut s’agir de cellules souches embryonnaires et les cellules souches adultes.

 

Le Dr Perron a rappelé que des essais avaient eu lieu aux Etats Unis en 2012, au Japon en 2015 et 2017, et en France, à Evry par le Pr Christelle Monville en 2019 dans une forme de RP.

 

Pour ce qui concerne les cellules souches adultes, celles-ci sont déjà utilisées pour certaines pathologies comme les leucémies (cellules du sang), pour les grands brûlés (cellules de l’épiderme) etc.. Elle a ensuite présenté ce qu’il en était pour les cellules souches dans la rétine, que l’on pourrait qualifier de « dormantes » en expliquant qu’il est possible de le réveiller, reste à les régénérer lorsqu’elles sont mortes et à les affecter à la bonne destination…les chercheurs s’y adonnent ..

 

2ème intervention : Mme Alexandra Berget Martinet, orthoptiste et membre de l’ARIBA

La Rééducation orthoptique en Basse vision a pour but de donner aux patients plus d’autonomie quelque soit la pathologie, l’atteinte, l’âge...

Pour une prise en charge en Basse Vision il faut une acuité inférieur à 3/10.

 

L’orthoptiste va chercher à développer :

  • Une meilleure localisation en utilisant le balayage des yeux,  
  • Une meilleure utilisation de leur fixation de substitut
  • Une augmentation du rendement visuel.

L’orthoptiste va s’intéresser à la vision fonctionnelle.

Notre vision a 3 rôles : une fonction sociale (vie en société), une fonction motrice (se déplacer) et une fonction cognitive (présentation)

 

Comment se passe la rééducation ?

La première visite est un Bilan orthoptique qui dure environ 1h.  Il faut compter 10 séances d’1h, prise en charge par la SS et la mutuelle sur ordonnance médicale.

 

Le bilan permet de savoir où en est le patient, quels sont les problèmes quotidiens rencontrés, etc.. et il permet aussi de faire des mesures, d’avoir une analyse fonctionnelle afin de pouvoir dégager un projet.

La prise en charge est longue, il faut de la répétition, de la patience, de la motivation et du travail quotidien.

Mme Berget Martinet a rappelé l’intérêt de continuer la lecture « On n’use pas ses yeux en les utilisant » au contraire, il faut lire un peu chaque jour !

 

L’orthoptiste va apprendre au patient à positionner son œil, à le bouger, à coordonner  son œil et sa main.

Il va aussi apprendre à la personne malvoyante:

- à se familiariser avec les outils de grossissement (lunettes, aides optiques),

-à effectuer un travail d’écriture (avoir un bon feutre ou stylo, éventuellement un guide ligne..)

- à améliorer le travail de la lecture afin d’augmenter sa capacité de lecture et ne plus se perdre dans le déchiffrement du texte..

 

Elle a rappelé l’importance de l’éclairage, des filtres jaunes, des aides optiques et des supports pupitres.

3ème  intervention : Dr  Aknin, ophtalmologiste à Golfe Juan et Cannes

Quelles maladies menacent notre vue ?

Le docteur Aknin a rappelé les différentes maladies qui menacent notre vue, à savoir la DMLA, Le diabète, le Glaucome et les maladies héréditaires.

Elle a fait un rappel de l’anatomie de l’œil avant de présenter les différents examens médicaux existants : le fond d’œil, l’angiographie, l’OCT et l’oct-angiographie.

 

La DMLA : elle touche 8 % des gens de 50 ans, 30 % des gens de 75 % et 50 % des gens de plus de 80 ans.  Il y a 2 formes : la forme atrophique dite sèche et la forme humide ou néovasculaire.

 

Les premiers symptômes sont : éblouissement, atteinte des contrastes, altération des couleurs puis viennent la déformation, le scotome et la baisse d’acuité visuelle.

A partir de 55 ans il est nécessaire de faire un fond d’œil tous les 2 ou 3 ans.

 

Les facteurs de risque sont :

L’âge, la génétique, le tabac, l’exposition à la lumière bleue, les mauvaises habitudes alimentaires, l’hypertension artérielle, l’exposition au soleil et le surpoids.

 

Ce qu’il faut manger pour prévenir ces risques :

Des omégas 3, des omégas 6, des vitamines (A et Béta carotène, D, E, C, B1, B9 et B12, B6), des sels minéraux (zinc, cuivre, manganèse, sélénium, calcium, magnésium et potassium)

 

La rétine est orange car elle est riche de 3 molécules lipidique : la lutéine, la zéaxantine et la méso-zéaxantine).

 

En conclusion, quelle que soit la pathologie, il faut limiter l’exposition du soleil, supprimer le tabac, manger beaucoup de fruits et légumes, et éventuellement prendre des compléments alimentaires (oméga3…)

 

4ème intervention : Mr Jean Christophe Avenel, opticien Basse Vision 

Mr Avenel a rappelé le rôle de l’opticien Basse Vision (BV) qui est de conseiller et d’orienter la personne malvoyante dans les différentes aides techniques visuelles (ATV)..

 

L’éclairage :

Il reste primordial pour augmenter les contrastes et apporter plus de confort. Il existe différentes teintes d’éclairage : couleurs chaudes, couleurs blanches et couleurs froides. Il faut essayer afin de trouver le meilleur confort visuel. De plus différentes lampes existent (sur pied, mobiles, au plafond..)

 

Les aides optiques :

  • Les filtres sélectifs ou colorés : ils coupent les UV, les lumières bleues, l’éblouissement, augmentent les contrastes et améliorent la perception des formes et des contrastes.

Les personnes peuvent avoir un filtre pour l’intérieur  et un pour l’extérieur, ils peuvent être clippés sur la lunette ou montés avec la correction sur la monture.

 

  • Les loupes : il en existe une multitude. Loupe à la main (facile d’utilisation, transportables, mais grossissement relativement faible) loupe avec pied intégré, avec éclairage intégré (ex loupe de brodeuses…) Il est important de déterminé l’usage et le bon grossissement.

 

  • Les téléagrandisseurs : ils offrent des agrandissements encore plus importants et permettent l’écriture. Par contre ils ont l’inconvénient d’être plus encombrants.

 

  • Les machines à lire : elles sont utiles lorsque la lecture devient trop pénible. L’appareil va numériser le document et le retranscrire, il en existe également des portables.

 

  • My Eye : c’est un Système à intelligence artificielle. L’utlisation est simple et permet une reconnaissance des textes, des personnes …

 

  • Le E-sight : il s’agit d’un système optique et numérique. Il est relativement léger et simple . Cet appareil est connectable.

 

  • Les smartphones

Pour conclure, Mr Avenel a rappelé que le nombre d’aide est aussi grand qu’il est varié et qu’il est important de tester son matériel et d’avoir défini ses besoins.

5ème intervention : Mr Jean Luc Reinero, président du CINOV Ergonomie 

Mr Reneiro est venu présenter l’habitat et la façon de l’adapter en fonction des modes de vie et du handicap.

 

Le but est de définir et de trouver les solutions dans votre logement, qu’il s’agisse de l’acoustique, des matériaux, de cloisons amovibles… afin d’apporter un soutien à la personne en situation de handicap.

 

Par exemple, pour la cuisine il peut s’agir d’avoir un contraste sur le plan de travail, du mobilier avec des poignées visibles, des jointures éclairantes au sol, d’adapter l’éclairage et l’éblouissement dans la SDB, la couleur de mur recommandée (éviter le blanc et privilégier les couleurs pastels )..

 

Le but est de définir tous les points de vie dont la personne va avoir besoin pour bien vivre dans son logement

Conclusion du colloque

Le colloque fut riche en informations et échanges. Des questions posées aux intervenants ont permis au public de repartir avec des réponses, d’envisager certaines solutions pour leur autonomie.

L’association remercie ses partenaires pour la présentation de leur matériel et aides techniques visuelles au public venu nombreux tester et récolter des informations.

B2bot, Giaa Paca-Corse, Les opticiens mutualistes, Mieux Voir, Escoop, Lagad Vision, Orcam et Orange.

 

Stéphanie GARCIA - Retina France - 05.61.30.20.50